jeudi 10 avril 2014

À tire d'ailes

C'est marrant les choses qu'on fait tellement souvent qu'on finit par les faire sans même réfléchir.
Ce jour là, avec Maman, on rentrait d'une expédition d'urgence. Il fallait remplir un peu le frigo qui, décidément, criait famine.
Hop, hop, les courses dans la cuisine.
Toc, Hermione au balcon avec sa mine de Chapeauté. Je la fais rentrer.

Passés quelques instants d'habitudes et de gestes automatiques, d'un coup avec Maman, on a compris.
Quelque chose n'était pas normal.

Il y avait des petites plumes partout. Tout était sens dessus-dessous.
Hermione qui grognait en rond, s'était brusquement arrêtée. Elle fixait le plafond.
Bon sang! Un tout petit oiseau, un malheureux rouge-gorge était prisonnier chez nous.Il battait désespérément des ailes.
Par réflexe, j'ai regardé Hermione, qui a frémi fièrement des moustaches d'un air de dire «Hé, c'est pas moi!».
J'ai pensé que c'était peut-être vrai, qu'elle n'y était peut-être pour rien.

Elle n'y était peut-être pour rien, mais attention, passé le premier instant de surprise, elle a vite repris ses esprits, la filoute.
Elle a décollé à la poursuite du rouge-gorge.
Là, inutile de te décrire l'hystérie complète dans le salon.

Le pauvre oiseau volait dans tous les sens, Hermione à ses trousses. Déjà qu'il était paniqué à l'idée d'être enfermé, mais alors avec un chat-sseur sachant chasser...
Les lampes, les cadres, les papiers, tout y passait. Le courrier voltigeait.
Un pile de linge quelque part a volé en éclat.
Je ne savais pas quoi faire. Maman aussi était débordée.


Hermione ne perd pas le Nord! Elle était bien la seule...

Tout de même, on a fini par réagir. Je ne sais plus lequel d'entre nous a dit «Attrape Hermione!», mais l'autre a répondu «D'accord, toi, ouvre la fenêtre!».
Plus facile à dire qu'à faire...

Et puis ça n'a pas suffi. Le rouge-gorge avait encore besoin d'aide.
Il était tellement affolé qu'il se cognait partout. On s'est rendus compte qu'il était blessé.
C'est à ce moment là que Papa est rentré. 
Cap-tain Americaaa!

En un éclair, il avait compris la situation. Il est monté sur le canapé. D'un bond, il a attrapé l'oiseau. En le tenant fermement au creux de sa paume, Papa s'est approché de la fenêtre, il a tendu les bras au dehors et, d'un geste agile, il a vivement écarté les mains.
Pouf! Le rouge-gorge s'est envolé.

D'un coup, je me suis senti plus léger.
À le voir s'éloigner comme ça, à tire d'ailes, dans le ciel,
j'ai oublié le sang sur le sol, les plumes sur mes chaussures.
Je me suis dit que la vie, ce n'était pas si dur.
Je me suis dit qu'en fait, c'était bien.

Previously dans Moi Timothée,

dans Le mercredi, on culture les petits,

et dans Quelques grammes de musique,
AIN'T GOT NO, I GOT LIFE


Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

Florence BatMax a dit…

Cela me rappelle des souvenirs. Nous avons recueillis une hirondelle quand j'avais ton âge Timothée. nous l'avions sauvé des griffes du chat, mais il avait l'aile blessée. Nous l'avons gardé une semaine dans une petite cage, le temps qu'il aille mieux. Et puis nous l'avons emmené dans le pré, faisant bien attention que le chat ne soit pas à l'affut.

Les premiers battements d'ailes ont été incertains, nous avons eu peur. Et puis soudain, il a pris de l'altitude. La sensation ressentie était ... merveilleuse.

Merci de m'avoir rappelée tout cela.

selky a dit…

OUf, heureux dénouement pour cet oiseau intrépide !!! Heureusement qu'Hermione ne sait pas monter au plafond !!
Moi ça me rappelle quand des chauve-souris sont venues dans la maison, idem excitées à tourner en rond et se cogner partout (mais là : bearrrrkkkk) !!
Super dessin au passage !
bises

Trois fois maman a dit…

Quelle jolie histoire ! Et quels souvenirs ! J'avais adopté un petit moineau blessé quand je devais être juste un peu plus grande que toi, Timothée. Je l'ai nourri avec une allumette et de la bouillie pendant plusieurs jours !

Claire Barer a dit…

J'aurai eu super peur d'avoir un oiseau dans la maison !

lucie Chipounette a dit…

Une fois, j'ai un pigeon qui est sorti par l'espèce de cheminée que j'avais dans mon appart en ruines ... Un pigeon quoi ... je déteste les pigeons, j'avais trop les chocottes...et mon chat, lui (enfin elle), qui regardait le pigeon...non mais tu peux pas bouger toi!!!! Ben non, j'ai ouvert la fenêtre, me suis cachée dans la sdb et j'ai attendu ... il a fini par partir! Ouais, je suis une poule mouillée ! :p

Timothée a dit…

C'est fou parce qu'à lire tous vos commentaires, je me rends compte que ce genre d'histoires est déjà arrivé à tout le monde !