jeudi 24 avril 2014

Cochonailleur

J'ai toujours aimé voir les gens marcher de dos.
J'observe leur allure, leur démarche, ça m'amuse. C'est qu'on peut en deviner des choses quand les personnes s'éloignent de vous!

Ce monsieur quand je l'ai vu, il m'a tout de suite attendri.
Visiblement fatigué, il devait rentrer chez lui.

Il penchait un peu sur le côté gauche, c'était émouvant.
J'ai compris qu'il mangeait à sa façon de bouger les bras, de porter les mains à son visage, régulièrement.

Je n'ai pas vu venir le moment où il a balancé derrière lui, comme ça, en pleine rue, ses emballages de Balisto.
Je les ai vus tomber les uns après les autres.

«Mais ce n'est pas possible, il se dévore le paquet entier, ou quoi!»

Bêtement, je me suis senti trahi. Lui que, sans connaître, je trouvais si gentil.
Et voilà que par paresse, faiblesse, je ne sais trop, il polluait la rue de ses plastiques mâchouillés.
Alors je les ai ramassés, je les ai jetés et j'ai continué, écœuré.
Cochonailleur, va!

Je n'ai pas trop l'habitude d'utiliser les photos de la Mairie de Paris,
mais, là, il faut bien avouer qu'elles ont raison.

Le titre fait référence à un album de Samsam, Samsam et les cochonailleurs,
paru aux édition Milan.












Previously dans Moi Timothée,

dans Le mercredi, on culture les petits,

et dans Quelques grammes de musique,
NOSTALGIA


Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

Camille Prieto a dit…

Moi, souvent, quand je vois l'état des rues et des routes j'aimerai bien qu'il y ait une sorte de truc magique et que TOUT ce que les gens ont jeté comme ça, leur reviennent dans la gueule :x

Timothée a dit…

Excellent! J'imagine la scène, très BD, justement. ^^

selky a dit…

Et les conducteurs aussi ! J'en ai vu des choses valdinguer : des sacs Mcdo, des cannettes... Si j'avais le physique de Chabal, ptet que je râlerai !! Mais dans la rue, ça m'est arrivé de faire la remarque !!

Claire Barer a dit…

Je crois que le pire, c'est les cendrier de bagnole laisser au sol... moi aussi, je ne l'aime plus ce monsieur de dos.

Florence BatMax a dit…

Tous les ans avec nos classes de sixièmes, nous passons un après-midi entier à "nettoyer" les rives de la Moselle en contrebas de notre collège.
Une année, quelques jours après le nettoyage, je vois un adulte sortir de sa bagnole et balancer une canette de soda depuis la passerelle. Mon sang n'a fait qu'un tour, j'ai été invectivé le mec en question. Moi qui suis si timide, son geste m'avait rendue malade de rage. Je repensais à tous les gamins (et à moi aussi) qui avions passé du temps à tout enlever. J'étais hors de moi. J'ai seulement réalisé plus tard (trop tard) que ce type ressemblait à un camionneur. J'ai eu peur rétrospectivement ^^'. (Il m'a rien fait)(il a "juste" grogné et il est retourné dans sa voiture)...

Timothée a dit…

Incroyable, ton histoire, Florence!
Moi, je n'ai jamais ton courage, mais la rage, (comme vous toutes), ça oui!